Spectacles

Dernière Création :

Johan Padan à la découverte des Amériques
de Dario Fo, adaptation et traduction de Toni Cecchinato et Nicole Colchat                                            Prochaines représentations : Voir  le Calendrier.

L’origine

Une histoire sur le dialogue des civilisations, l’à-propos aujourd’hui crève les yeux.
Cela fait maintenant 6 ans que j’ai commencé à sentir que jouer Johan Padan à la découverte des Amériques de Dario Fo devenait une nécessité personnelle ; j’étais plongé fin 2012 dans la parole d’Aimé Césaire pour le premier spectacle de « la petite bulle » ; et notamment « Cahier d’un retour au pays natal » et le « Discours sur le colonialisme ».
Les résonnances entre les questions de Césaire, celles de Dario Fo, les miennes et celles « du monde » sur le sujet du contact des civilisations et leurs effets étaient assourdissantes.

Que des gens et des peuples radicalement différents se rencontrent, c’est inévitable. C’est même souhaitable. Mais ce sur quoi nous pouvons agir c’est la manière de cette rencontre. Car les rencontres nous changent, ce que nous observons nous observe, ce que nous touchons nous touche.

Le temps a passé, et l’urgence de ce texte n’a fait que croître.
Johan Padan explore et expose les différents possibles des relations interculturelles ; « inter- mondes » devrait-on dire, et les changements qui en résultent. Sans manichéisme : des cannibales et des rôtisseurs d’hommes on en trouve dans toutes les cultures.

L’histoire

C’est l’histoire d’un européen qui rencontre « les indiens » …

Johan quitte contraint et forcé l’Europe vers les Amériques pour échapper au bûcher. Le premier trait de génie de Dario Fo est là, nous offrir une piqûre de rappel, un vrai prologue sur la façon dont l’Europe peut traiter les siens avant même que nous abordions le sujet de la façon dont elle traite les « sauvages », et comment les « impératifs économiques » conditionnent la façon dont nous traitons l’autre plus que nos différences apparentes.

Et puis la tempête dans laquelle Padan et ses compagnons, formant la plus basse couche sociale du navire se retrouvent abandonnés avec leurs pourceaux à la fureur des flots : le résultat étant que leur rencontre avec les Indios se fera dans la faiblesse la plus extrême plutôt que soutenus par la puissance des canons.

Puis le nouveau périple commence, dans lequel nous verrons l’européen tenter de survivre, éviter de finir en rôti dans les ventres cannibales ; s’adapter ; tenter de « civiliser » ses nouveaux compagnons, inconscient que peut-être le plus grand changement se fait en lui-même, au fil des péripéties traversées.

Il n’aura de cesse de retrouver à tout prix ses compatriotes, alors même que s’opère en lui une transformation qui le rend « autre », ni tout à fait indien, ni tout à fait européen…

Les questions et les enjeux

Qu’est-ce que la « civilisation » ? Qu’est-ce que la « barbarie » ou la « sauvagerie » ? Et en regardant bien, peut-on vraiment distinguer les différences ?

Appelons-les des « visions du monde » différentes : quand elles se rencontrent, le « choc » est-il obligatoire ?

Et quand le choc a lieu, comment s’en dépêtrer ?

Et la religion dans tout ça ?

Et la bouffe ; les différentes manières de faire rôtir l’humain ?

Ces questions nous sont joyeusement lancées dans l’histoire de Johan Padan 

La verve de Dario Fo, le saltimbanque prix Nobel ; nous entraine avec vivacité dans cette aventure de plusieurs années jouées en deux heures par l’acteur seul en scène.

C’est du théâtre comme je l’aime, celui qui donne la distance de la bienveillance et de la joie aux questions graves ; plein d’intelligence sans être obscur ; celui qui plutôt que d’asséner un message « met en lumière ».

Et mes enjeux d’acteur, d’artiste : garder le public alerte, jongler avec les multiples personnages de l’histoire tour à tour interprétés par Padan, opérer la nécessaire métamorphose à vue du rôle traversé par les évènements

Et partager la jubilation du jeu

Fabrice Coudret

Jeu : Fabrice Coudret
Mise en scène : Patrick Peyrat
Lumières : Catherine Reverseau

Share: